AU FIL DES ÉNERGIES – N°18 / JUIN 2020

ÉLECTRICITÉ VERTE : SÉLIA CLASSÉE « EN BONNE VOIE » PAR GREENPEACE

L’édition 2020 du classement Greenpeace* des fournisseurs d’électricité verte, place, pour la seconde année consécutive, SÉLIA « en bonne voie » juste derrière les fournisseurs 100 % renouvelable. Un bon résultat qui récompense nos efforts pour produire, développer des énergies renouvelables et proposer de l’électricité verte.

100 % de nos investissements dans la production sont consacrés aux énergies renouvelables.

Chez SÉLIA, le développement durable et la responsabilité sociale font partie de son ADN. Le Groupe auquel SÉLIA appartient développe depuis de nombreuses années déjà ses propres unités de production d’électricité renouvelable et en a augmenté sa capacité de + 25 % en deux ans.
Il investit sur le territoire national dans toutes les filières : le solaire, l’éolien terrestre mais aussi la méthanisation et l’hydraulique avec l’ambition affichée de couvrir 30 % des besoins de ses clients à l’horizon 2032. Il compte à ce jour 180 unités de production.

Une électricité verte garantie d’origine française.

Quelle que soit l’offre, l’électricité est considérée comme verte si le fournisseur peut assurer via des Garanties d’ Origine qu’une quantité équivalente à la consommation de ses clients est réellement produite par une source renouvelable et réinjectée sur le réseau. Chez SÉLIA, les Garanties d’Origine sont toutes d’origine française et l’électricité verte provient essentiellement de barrages hydrauliques.
Deux formules vertes sont proposées en fonction de son besoin professionnel : une offre 100 % renouvelable à prix fixe sur toute la durée du contrat pour les professionnels et une offre d’électricité verte à la carte dont la proportion est librement fixée pour les entreprises.

En classant SÉLIA, fournisseur d’électricité verte en « bonne voie », Greenpeace reconnaît un engagement déjà fort dans la volonté de proposer une électricité verte de « bonne qualité ». En choisissant SÉLIA pour votre électricité verte, vous êtes ainsi certain d’en soutenir la production et d’agir concrètement en faveur de la transition énergétique et du climat.

*Analyse portant sur les données consolidées de l’année 2018 et prévisionnelles sur l’année 2019. Pour classer les fournisseurs d’électricité verte, Greenpeace France a évalué 24 fournisseurs actifs au niveau national et regardé de près leurs politiques d’achat, de production et d’investissement en matière d’énergies renouvelables.
https://www.guide-electricite-verte.fr/

 

vague_separation_ent

 

FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS D’ÉLECTRICITÉ PRO : UNE NOUVELLE ÉTAPE DANS LA LIBÉRALISATION DU MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ

Parce que l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité est un processus long et complexe, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver dans l’extinction progressive des tarifs réglementés de vente …

Afin d’y voir plus clair, nous vous proposons un décryptage du dernier jalon réglementaire en date, en 5 questions / réponses.

Notre conseil ? S’informer et anticiper !

1/ Quels professionnels sont concernés ?

À partir du 1er janvier 2021, les professionnels :

  • qui emploient au moins 10 personnes
  • OU dont le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à 2 millions d’euros
  • OU dont les recettes sont supérieures ou égales à 2 millions d’euros
  • OU dont le total de bilan annuel est supérieur ou égal à 2 millions d’euros

ne seront plus éligibles aux tarifs réglementés de vente d’électricité pour leurs sites souscrivant une puissance inférieure ou égale à 36 kVA (Loi Énergie et Climat du 8/11/2019 – art. 64).
Le Tarif Bleu perdure pour tous les autres consommateurs, à savoir les TPE et petites collectivités, les copropriétés (et les particuliers qui ne sont pas concernés par cette réforme).

2/ Que va-t-il se passer concrètement au 31 décembre 2020 ?

La perte du bénéfice des tarifs réglementés de vente de l’électricité entraîne mécaniquement, pour les clients concernés, la caducité de leur contrat d’électricité en cours aux tarifs réglementés de vente de l’électricité.
Il faudra alors nécessairement avoir souscrit un contrat en offre de marché pour continuer à être alimenté dans les meilleures conditions à compter du 1er janvier 2021.

3/ Quelles sont les principales différences entre les TRV et offres de marché ?

Contrairement aux tarifs réglementés de vente fixés par le Gouvernement, les offres de marché sont établies sans intervention des pouvoirs publics.
Les caractéristiques des offres de marché sont multiples et très diversifiées selon les fournisseurs : offres à prix fixe, à prix indexé, à prix variables…

4/ Est-il possible de souscrire un contrat au prix de marché dès à présent ?

Pour la majorité, il est effectivement possible de quitter le Tarif Réglementé pour un contrat au prix de marché à tout moment, sans préavis et sans frais de résiliation (article L. 331-3 du code de l’énergie). Nous sommes à votre disposition par téléphone ou par mail pour vous aider à comprendre votre contrat actuel.
Afin de faire les bons choix en matière de caractéristiques de votre nouveau contrat de fourniture, il est conseillé d’anticiper dès à présent votre démarche.
Toutefois, si vous êtes soumis à une procédure de mise en concurrence, vous devez respecter certains délais incompressibles. Vous devrez donc prendre cela en compte dans la planification de vos démarches.

5/ Quel contrat marché puis-je souscrire auprès de SÉLIA ?

Le contrat marché « Mon contrat élec vert » de SÉLIA peut correspondre à vos besoins.

Cette offre d’électricité 100% d’origine renouvelable est à prix fixes et présente plusieurs avantages.

Pendant toute la durée du contrat :

  • Le prix du kWh est bloqué
  • Le prix de l’abonnement est bloqué
  • Aucune répercussion sur les prix en cas de hausse du TURPE (tarif d’acheminement)

Et n’oubliez pas ! La souscription d’un nouveau contrat au prix de marché est rapide, gratuite et sans coupure.

La signature d’un nouveau contrat en offre de marché entraîne automatiquement la résiliation de votre contrat actuel de fourniture d’électricité au tarif réglementé : vous n’avez aucune démarche supplémentaire à effectuer.

La continuité de fourniture sera assurée par le gestionnaire de réseau (GRD) et non par votre fournisseur.

Retrouvez sur notre site internet www.selia-energies.fr la présentation détaillée de l’offre « Mon contrat élec Vert ».

Si vous souhaitez souscrire ou avoir simplement un éclairage ou une information, nos conseillers pro sont à votre service au 0969 397 002 (N° Cristal – appel non surtaxé)

vague_separation_ent

 

LA CRISE SANITAIRE A ÉBRANLÉ LES MARCHÉS DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ NATUREL

Entre conséquences immédiates (chute de la consommation, des prix de gros et des prix journaliers) et conséquences à plus long terme (report d’opérations de maintenance, retard dans le développement de projets…), les impacts de la crise sanitaire sur les marchés de l’électricité et du gaz naturel sont multiples.

La consommation en berne pendant le confinement, sauf pour les ménages

La consommation d’électricité des ménages a augmenté d’environ 4% pendant le confinement. Leur présence en continu dans les foyers a induit un usage plus important des équipements consommateurs d’électricité. Leur consommation de gaz naturel, hors effet climatique, a été stable. En revanche, la consommation de tous les autres secteurs a chuté : de 15% à 30% en moyenne. La fermeture de nombreuses usines, des immeubles de bureaux et des commerces (hors ceux de première nécessité) a considérablement réduit les besoins d’électricité et de gaz naturel.

Impact du confinement sur la consommation d’électricité et de gaz naturel

Sources : Enedis, GRDF, GRTgaz, RTE

Les prix journaliers se sont effondrés

La chute de la consommation d’électricité et de gaz naturel a provoqué un effondrement des prix journaliers des deux énergies sur les bourses. Mi-mai, le gaz naturel s’échangeait à moins de 5 €/MWh ! C’était trois fois moins qu’à la même période l’an dernier. Pour l’électricité, le constat est le même. En avril 2020, en moyenne, selon Epex Spot le prix journalier de l’électricité était de 13,5 €/MWh, alors qu’il était de 37,2 €/MWh en avril 2019.

Des répercussions sur tous les maillons des filières

La chute de la consommation d’énergie a été la conséquence la plus immédiate et visible du confinement et de la crise sanitaire. Mais d’autres effets apparaîtront dans les mois à venir, voire à plus long terme. Beaucoup d’opérations de maintenance sur les infrastructures d’électricité et de gaz naturel (site de production, réseaux…) ont été reportées. Il faudra pourtant bien les faire, peut-être à des moments moins opportuns, ce qui pourrait créer des tensions sur l’équilibre offre/demande. Des projets de développement sont également contrariés et des retards sont à prévoir, en particulier pour la mise en service d’installations de production d’énergie renouvelable. Les conséquences de la crise vont se faire sentir longtemps.

 

Pour aller plus loin … consultez nos articles détaillés