Catégorie : Non classé

Climat : la sècheresse impacte la production d’électricité

 

L’eau est une ressource indispensable en matière de production électrique. Le réchauffement climatique et la raréfaction de la ressource génèrent un stress hydrique qui semble s’installer durablement.

 

Les centrales hydroélectriques, les premières touchées

Deuxième source d’électricité en France et première filière d’énergie renouvelable, la production hydraulique a été particulièrement touchée l’été dernier. C’est une énergie renouvelable fiable, mais dépendante du réchauffement climatique.

L’assèchement des cours d’eau et le faible niveau de remplissage des réservoirs perturbent le fonctionnement des barrages hydroélectriques. Selon le Réseau de Transport d’Electricité (RTE), la production hydroélectrique était en baisse de 35 % en juillet 2022 par rapport à juillet 2021.

 

Il existe plusieurs sortes d’installations hydrauliques en France, classées selon la puissance de production. Parmi ces systèmes d’hydroélectricité, on retrouve :

  • Les équipements au fil de l’eau : Ce type de production hydroélectrique est la technologie produisant le plus d’électricité en France. Ces équipements sont en général installés dans des rivières, voire certains fleuves.
  • Les écluses : Certaines écluses peuvent, grâce à la rétention d’eau, produire de l’électricité lors de pics de consommation.
  • Les centrales à lac : Ce type d’installation est de plus grande envergure, car elle se base sur une rétention d’eau en moyenne et haute montagne. Grâce à la chute d’eau, ce type de production d’énergie peut produire une grande quantité d’électricité, avec une mobilisation en quelques minutes.
  • Les Stations de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) : sont la dernière technologie hydraulique, capable de pomper des volumes d’eau conséquents vers un stockage d’eau conséquent. L’objectif est d’effectuer ces pompages lors des périodes modérées de consommation, pour ensuite mobiliser la totalité du stock d’eau lors des pics de consommation.

 

 

Certaines infrastructures ne bénéficient pas de la force du fleuve le plus puissant de France. Le barrage du lac de Bouillouses dans les Pyrénées-Orientales a subi un arrêt anticipé. La production a cessé avec un mois d’avance par rapport à d’habitude. La retenue d’eau a diminué de moitié en un an passant à 2,7 millions de mètres cubes d’eau.

 

Les centrales nucléaires, fortement impactées

Les contraintes dues au manque d’eau ont également affecté la production nucléaire, déjà perturbée par des problèmes de corrosion et de travaux de maintenance.

Afin de refroidir leurs installations, les centrales utilisent l’eau des fleuves pour alimenter leurs circuits de refroidissement. L’eau est par la suite rejetée plus chaude qu’elle n’a été prélevée.

Lors de canicules ou de période de sècheresse, le niveau des cours d’eau est généralement bas et la température de l’eau est plus élevée. Des mesures doivent être prises pour limiter les prélèvements d’eau.

Ces impacts imposent également de respecter des conditions de fonctionnement pour préserver les écosystèmes naturels.

 

Limiter les prélèvements d‘eau

Afin de limiter les impacts sur l’environnement, le débit du cours d’eau est surveillé et devient minimal. Plusieurs vérifications des installations de prélèvement d’eau sont mises en place. Les quantités d’eau prélevées sont mesurées par l’exploitant et vont être transmises aux pouvoirs publics.

Surveiller la température des eaux rejetées

Un arrêté spécifie la température maximale de l’eau rejetée afin de respecter la biodiversité. L’augmentation de la température du cours d’eau après mélange avec les eaux du circuit de refroidissement ne doit pas excéder 1 à 2 °C. En cas d’une température trop élevée qui a atteint cette limitation, la centrale doit alors prendre des mesures nécessaires comme réduire la puissance de ses réacteurs.

 

Ces nouveaux éléments constituent un nouveau défi pour les années à venir. Continuons tous nos efforts de sobriété énergétique.

Découvrez nos éco-gestes ici

 

La consommation cachée des appareils en veille

 

La consommation des appareils en veille n’est pas à prendre à la légère, les appareils électriques consomment de l’énergie lorsqu’ils sont inactifs. Saviez-vous que certains d’entre eux peuvent même consommer de l’énergie lorsqu’ils sont éteints ?

Dans cet article, nous allons explorer ce que sont les appareils à consommation cachée et comment vous pouvez réduire votre empreinte énergétique.

Les coûts de la consommation cachée

La consommation cachée peut représenter une part importante de votre facture d’électricité. L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) a mis en évidence que chaque foyer possède entre 15 et 50 appareils en veille et que la consommation cachée représente en moyenne 7% de la consommation électrique d’un ménage en France. Cela peut sembler faible, mais pour une famille moyenne, cela représente une consommation électrique cumulée de plus de 50 watts soit environ 85€ par an en coûts d’électricité inutiles.

 

Les appareils électrique à la consommation fantôme

La plupart des appareils électriques, tels que les téléviseurs, les ordinateurs, les écrans et les machines à café, consomment de l’électricité en veille, même lorsqu’ils sont éteints. Cette consommation est liée à la construction de ces appareils, où l’interrupteur est situé après le transformateur, qui continue de consommer de l’énergie car le courant résiduel continue de circuler. Il est donc important de savoir quels appareils en veille consomment le plus pour pouvoir prendre des mesures.

 

Une étude de l’ADEME a révélé que les cinq appareils  les plus énergivores en veille sont :

Les ordinateurs fixes

Les téléviseurs

Les démodulateurs d’antenne satellite

Les sèche-linges

Les réfrigérateurs

Les smartphones et les chargeurs sont également des consommateurs cachés d’énergie. Même lorsqu’ils ne sont pas branchés à un téléphone, les chargeurs continuent de consommer de l’électricité, tout comme les batteries des smartphones qui continuent de se charger lorsqu’elles ont atteint 100%.

Il est donc recommandé de charger les smartphones en journée pour les débrancher une fois la batterie pleine.

 

 

Comment réduire la consommation cachée ?

Il y a plusieurs façons de réduire la consommation cachée des appareils. Voici quelques conseils pratiques :

Éteignez complètement vos appareils lorsque vous ne les utilisez pas. Les appareils en veille consomment de l’énergie.

Utilisez des appareils avec des modes de veille économiques ou des multiprises pour éteindre vos appareils en même temps.

Choisissez des appareils économes en énergie, avec des étiquettes énergétiques de classe A+++ ou A++.

Réglez la luminosité de vos écrans au niveau minimum que vous trouvez confortable.

Désactivez les fonctionnalités que vous n’utilisez pas, comme le Bluetooth ou le Wi-Fi, qui peuvent continuer de consommer de l’énergie même lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Utilisez des chargeurs intelligents, qui coupent l’alimentation une fois que la batterie est pleine.

Utilisez des chargeurs intelligents

Évitez d’utiliser plusieurs appareils en même temps, comme la télévision et la console de jeux, pour réduire la consommation énergétique de votre foyer.

 

La consommation cachée des appareils en veille peut avoir un impact sur votre facture d’électricité et sur l’environnement. En gérant mieux vos appareils électriques, vous pouvez réduire votre facture d’électricité et consommer de manière plus durable.

 

Le changement d’heure, source d’économies d’énergie ?

 

Le changement d’heure est un concept qui a été évoqué par Benjamin Franklin en 1784, dans le but d’économiser de l’énergie. Néanmoins, ce n’est qu’en 1916 que ce concept est arrivé en France lors de la Première Guerre Mondiale, quand il fallut économiser sur les réserves de charbon. Ce changement d’heure fut supprimé à la Libération, puis instauré à nouveau en 1975, deux ans après le premier choc pétrolier.

À quoi sert le passage à l’heure d’été ?

L’objectif est d’adapter l’ensoleillement naturel à nos activités. Le but principal est de nous faire faire des économies d’énergie en limitant notre utilisation de l’éclairage artificiel.

⇒ À savoir : En été, l’hémisphère nord s’incline vers le soleil. Ainsi, les journées sont plus longues et plus chaudes.

Le changement d’heure a-t-il vraiment un impact ?

Le gain en énergie occasionné par le changement d’heure est bien réel. Cependant, il diminue au fil des années selon les chiffres du ministère de l’Industrie et de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) :

  • En 1996, l’économie d’électricité liée au changement d’heure était estimée à 1200 GWh par an.
  • En 2009, ce gain est passé à 441 GWh par an : soit la consommation en éclairage de près de 800 000 foyers.
  • En 2018, cette baisse était de 351 GWh par an.

Aujourd’hui, le changement d’heure impacte faiblement la réduction de notre consommation d’énergie. Cependant, cette mesure à faible coût facilite la gestion du réseau électrique en France en réduisant les pics de consommation particulièrement au mois d’avril.

83.71 % des français souhaitent la fin du changement d’heure

En 2019, à l’issue d’une consultation lancée par l’Assemblée Nationale pour tous les citoyens, 83.71 % des Français étaient favorables à l’arrêt du changement d’heure.

  • 83,71% des participants se prononcent pour mettre fin au changement d’heure deux fois par an,
  • 36,97% des répondants choisissent de toujours rester à l’heure d’hiver,
  • 59,17% de toujours rester à l’heure d’été,
  • 3,86% sont sans opinion.

Le changement d’heure affecte-t-il les heures creuses et pleines ?

Les offres d’énergie avec option tarifaire « heures pleines/heures creuses » ont été proposées dans le but de permettre aux bénéficiaires de faire des économies sur leurs factures.

Durant les heures creuses, le prix du kWh est moins cher que celui des heures pleines. Il est donc recommandé de faire fonctionner des appareils énergivores, comme le lave-linge ou le lave-vaisselle, pendant ces heures creuses.

Le changement d’heure n’a alors aucun impact. Dans une journée, vous disposez toujours de :

  • 8 heures creuses qui varient selon votre offre d’électricité ;
  • 16 heures pleines.

 

 

Bilan électricité de la France en 2022

 

En 2022, le réseau électrique français a su faire face aux multiples crises d’une ampleur inconnue depuis les années 1970-1980 selon RTE  (Réseau de Transport d’Électricité). Les énergies fossiles (gaz et pétrole) et renouvelables (éolien et solaire) ont en partie compensé les baisses de production d’origine nucléaire et hydraulique.

 

 

Baisse de la consommation électrique en 2022

 

Une diminution de 4.2% au cours de l’année 2022 de la consommation électrique a été mesurée en comparaison à une moyenne d’avant crise sanitaire (entre 2014 – 2019). Sur les derniers mois de l’année, lors des pics de consommation où les risques sur l’approvisionnement étaient les plus forts, cette diminution atteint même 9%. Le volume total d’électricité consommé a été de 459,3 TWh.

→ À savoir : le volume de consommation 2022 est inférieur à celui de 2020 qui avait pourtant été marquée par une baisse de l’activité économique.

 

 

De plus, on note la mobilisation nationale réussie en faveur des économies d’énergie de la part des particuliers et des entreprises a joué un rôle important. On observe une baisse de la consommation importante à partir de septembre et d’octobre, période de diffusion des messages sur la sobriété énergétique et de la communication d’Ecowatt, la météo de l’énergie.

 

 

La production d’électricité au plus bas depuis 30 ans

 

Une sécheresse importante en Europe

 

La sécheresse du printemps et de l’été ainsi que les faibles précipitations de l’hiver ont fortement impacté la production hydraulique. Celle-ci a diminué de 12 TWh en comparaison à l’année 2021 et est au plus bas depuis 1976. Cependant, la production hydraulique reste la deuxième source de production électrique en France derrière le nucléaire.

La production hydraulique qui représente 49,7 TWh est en recul de 20% par rapport à la moyenne 2014-2019.

Néanmoins, une disponibilité maximale de l’hydraulique a pu être assurée durant la période hivernale grâce à une gestion responsable des producteurs durant l’été.

 

La faible disponibilité du parc nucléaire

 

Dans son bilan électrique national du 14 février 2023, RTE communique qu’en 2022 la production nucléaire française ne représente que 70% de la moyenne des 20 dernières années.

 

Malgré le fait que le nucléaire reste la première source d’énergie dans le Mix énergétique français, une concentration importante de réacteurs en

maintenance et des problèmes de corrosion ont été détectés. Ces découvertes ont nécessité l’arrêt de plusieurs réacteurs.

Le taux de disponibilité du parc nucléaire s’est élevé à 54% seulement, contre 73% entre 2015 et 2019.

 

La production nucléaire a diminué de 82 TWh par rapport à 2021.

 

 

Le volume de 279 TWh d’électricité nucléaire produite correspond au volume le plus faible enregistré depuis 1988.

En raison de cette faible disponibilité, la production du parc nucléaire français a fortement baissé en 2022 par rapport aux années précédentes, avec un volume produit de 279 TWh (soit 62,7 % du mix) contre 360,7 TWh en 2021 et 379,5 TWh en 2019.

 

Retrouvez toutes les informations détaillées dans le bilan électrique RTE 2022

L’énergie renouvelable

L’énergie renouvelable, c’est quoi ?

 

Les énergies renouvelables ou encore énergies vertes sont une forme d’énergie produite à partir de ressources naturelles renouvelables, telles que la lumière solaire, le vent, la chaleur terrestre, les marées et les chutes d’eau. Contrairement aux combustibles fossiles tels que le pétrole, le charbon et le gaz naturel, qui sont des ressources épuisables, les énergies renouvelables sont durables et ne s’épuisent pas.

 

Quels sont les avantages des énergies renouvelables ?

 

Les énergies renouvelables présentent de nombreux avantages par rapport aux sources d’énergies non renouvelables telles que les combustibles fossiles :

  • Durabilité : Les énergies renouvelables sont produites à partir de sources naturelles et durables, telles que le soleil, le vent et l’eau, qui ne s’épuisent pas contrairement aux combustibles fossiles.
  • Faibles émissions de gaz à effet de serre : Les énergies renouvelables émettent très peu de gaz à effet de serre, ce qui contribue à réduire les émissions de CO2, cause majeure du changement climatique.
  • Réduction de la pollution de l’air et de l’eau : Les énergies renouvelables produisent très peu de pollution atmosphérique et de contamination de l’eau.

 

Le Mix énergétique

 

Le Mix énergétique se réfère à la combinaison de différentes sources d’énergie utilisées pour répondre aux besoins énergétiques d’une région, d’un pays …

Le Mix énergétique peut inclure différentes sources d’énergie telles que

  • Les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, géothermique, biomasse) ;
  • Les énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon) ;
  • L’énergie nucléaire.

 

Le site de RTE permet de visualiser les données de production et de consommation d’électricité en temps réel.

Ainsi, à titre d’exemple, la France produisait le 20 avril 2022 :

 

L’objectif d’un Mix énergétique est de répondre aux besoins énergétiques tout en minimisant les impacts environnementaux, tels que la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. Il est important de trouver un équilibre entre l’utilisation des sources d’énergie fossiles existantes et la transition vers des sources d’énergies renouvelables et à faible émission de carbone.

 

Les principales sources d’énergies renouvelables :

 

  • ÉNERGIE SOLAIRE

L’énergie solaire est la plus abondante de toutes les ressources énergétiques et peut même être exploitée par temps nuageux.

Les technologies de l’énergie solaire permettent de produire de la chaleur, du froid, de l’éclairage naturel, de l’électricité et des carburants pour une multitude d’applications. Elles consistent à convertir la lumière du soleil en énergie électrique, soit au moyen de panneaux photovoltaïques, soit au moyen de miroirs qui concentrent le rayonnement solaire.

Energie solaire

 

  • ÉNERGIE ÉOLIENNE

Pour l’énergie éolienne, le principe consiste à exploiter l’énergie cinétique de l’air en mouvement à l’aide de grandes éoliennes situées sur des zones terrestres (éoliennes terrestres), ou bien en mer ou en eau douce (éoliennes en mer).

Les turbines éoliennes sont composées de grandes pales qui tournent à mesure que le vent souffle. Cette rotation fait tourner un rotor qui est relié à un générateur, produisant ainsi de l’électricité à courant alternatif.

 

  • ÉNERGIE GÉOTHERMIQUE
L’énergie géothermique consiste à utiliser l’énergie thermique accessible provenant de l’intérieur de la Terre. Cette source d’énergie peut être captée et convertie en électricité par l’utilisation de centrales géothermiques.

Les centrales géothermiques sont construites près des sources de chaleur géothermique, généralement des zones volcaniques ou des zones de haute activité sismique. Elles utilisent la chaleur naturelle de la Terre pour chauffer de l’eau, qui est ensuite transformée en vapeur pour faire tourner des turbines et produire de l’électricité à courant alternatif.

 

  • ÉNERGIE HYDRAULIQUE

Pour l’hydroélectricité, l’énergie exploitée est celle de l’eau qui se déplace des hauteurs vers les basses altitudes. Les centrales hydroélectriques à réservoir utilisent l’eau stockée dans un réservoir, tandis que les centrales hydroélectriques au fil de l’eau exploitent l’énergie du débit disponible de la rivière.

Les centrales hydroélectriques utilisent la force de l’eau en mouvement pour faire tourner des turbines et produire de l’électricité à courant alternatif. Elles peuvent être construites dans des rivières, des barrages ou sur des chutes d’eau.

Actuellement, l’hydroélectricité constitue la plus grande source d’énergie renouvelable dans le secteur de l’électricité.

 

  • BIOÉNERGIE

La bioénergie est produite à partir de diverses matières organiques qui constituent la biomasse, telles que le bois, le charbon de bois, les déjections animales et autres effluents d’élevage pour la production de chaleur et d’électricité, et les cultures agricoles pour les biocarburants liquides.

Pour une production d’électricité, la biomasse repose sur 2 types phénomènes : la combustion et la méthanisation.

  •  La combustion est une méthode utilisée pour produire de l’énergie à partir de matières organiques. La combustion de la biomasse libère de la chaleur, qui peut être utilisée pour produire de l’électricité, de la chaleur et de l’énergie mécanique.
  • La biomasse par méthanisation utilise des bactéries pour décomposer la matière organique en gaz méthane et en dioxyde de carbone.

 

Et l’énergie fatale, parlons-en …

 

Tout processus de transformation d’énergie (électricité, gaz, chaleur, froid) entraîne des déperditions d’énergie.

On appelle énergies fatales (éolien, photovoltaïque et hydraulique) toutes les énergies qu’on considère perdues si on ne les utilise pas au moment où elles sont disponibles. Il s’agit par exemple du surplus d’électricité renouvelable qui ne peut être stocké.

 

 

 

Pourquoi choisir SÉLIA pour la fourniture de son énergie

Fournisseur multi-énergies, SÉLIA vous offre une vraie alternative. Plus que des solutions d’approvisionnement, opter pour SÉLIA, c’est faire le choix d’un service qui repose sur la proximité, la transparence tarifaire et des valeurs à partager.

 

 

Les bonnes raisons de choisir SÉLIA

Des prix clairs et compétitifs

Avec SÉLIA, pas de faux-semblants, ni de promesses non tenues : nos tarifs sont clairs et précis, les contrats toujours respectés. La transparence est notre mot d’ordre.

Des conseillers experts techniques 

Nos conseillers experts techniques dédiés sont des personnes bien réelles qui vous accompagnent avec la plus grande qualité et réactivité.

L’expérience d’un service de proximité

SÉLIA est un fournisseur d’énergies à taille humaine, à vos côtés, accessible et disponible.

 

Des services en lignes

Disponibles en toute autonomie et à tout moment pour optimiser la gestion de votre énergie et pour vous simplifier la vie.

Avec votre agence en ligne SÉLIA :

> consulter vos contrats d’électricité et de gaz

> gérer votre consommation

> consulter vos factures

AGENCE EN LIGNE

 

Écogestes à la maison

les-ecogestes-a-la-maison

 

Dans le contexte actuel de la crise énergétique, nous recherchons tous à faire des économies pour réduire notre facture d’énergie. Dans votre maison ou votre appartement, de nombreux écogestes simples existent pour économiser l’électricité et le gaz. Nous vous donnons quelques conseils et astuces réalisables par tous les membres de votre foyer pour vous faire économiser.

 

 

Consultez la liste des écogestes réalisables par tous les membres du foyer :

Chambre

Ecogeste à la maison - chauffage
En baissant le chauffage de 1°C, vous pouvez faire jusqu’à 7% d’économies d’énergie !

  • Le jour, chauffer les pièces de vie d’un logement bien isolé à 19°C
  • La nuit, la température peut être abaissée à 17°C pour l’ensemble du logement
  • En cas d’absence de plus de 2 jours, pensez à mettre le chauffage en mode hors gel

Pensez à couper les appareils et baisser le chauffage à 16c° dans les pièces que vous n’occupez pas et fermer les portes.

 

L’entretien de votre système de chauffage fait partie des écogestes indispensables : purgez régulièrement vos radiateurs et faites vérifier votre chaudière une fois par an.

Cuisine

ecogeste à la maison dans la cuisineLave-vaisselle

Il n’est pas obligatoire de prélaver la vaisselle lorsque l’on possède un lave-vaisselle. Utilisez une brosse pour fritter les restes alimentaires plutôt que de passer la vaisselle sous l’eau chaude.

Pensez à utilisez le programme Éco, voire demi-charge, et ce même lorsqu’il est plein : si la vaisselle n’est pas trop sale et que les aliments n’ont pas eu le temps d’attacher, cela peut suffire… Testez ! Réduisez aussi la quantité de produit utilisée : une « dose » entière n’est parfois pas nécessaire.

 

Plaques de cuisson

Lorsque vous cuisinez, adoptez quelques écogestes de base et très simples à mettre en œuvre… mais qui réduiront petit à petit vos factures d’électricité (ou bien sûr, le cas échéant, de gaz) :

  • Couvrez vos casseroles, et divisez ainsi par 3 la durée de cuisson
  • Réduisez un peu la puissance de vos plaques lorsque votre eau commence à bouillir : elle continuera de faire les bulles attendues.
  • Coupez vos plaques quelques minutes avant la fin de la cuisson : le processus se poursuivra tout de même !
  • Pour décongeler des aliments, sortez-les à l’avance plutôt que de les décongeler au four ou dans vos casseroles.
  • Pour faire bouillir de l’eau, optez pour la bouilloire électrique. Ça va plus vite et ça consomme moins.

 

Dégeler les produits avant la cuisson

Voici un écogeste simple, qui vous permettra d’économiser de l’énergie. En décongelant vos aliments avant de les cuire, vous permettez à votre appareil de cuisson (four, cuisinière, micro-pot en bois avec des fruits rouges congelésondes, etc.) de travailler de manière beaucoup plus efficace. Voici comment cela vous aide à économiser de l’énergie :

  1. Moins de temps de cuisson : Les aliments décongelés cuisent plus rapidement, réduisant ainsi la consommation d’énergie de votre appareil.
  2. Moins d’énergie gaspillée : En évitant de cuire des aliments encore congelés, vous évitez de chauffer inutilement votre four ou votre plaque de cuisson.
  3. Meilleure qualité des aliments : La décongélation préalable garantit une cuisson uniforme, ce qui signifie que vos plats seront plus savoureux et mieux cuits.

En adoptant cette simple habitude, vous contribuez à réduire votre empreinte carbone et à économiser de l’énergie, tout en continuant à savourer des repas délicieux.

Alors, la prochaine fois que vous préparerez un repas, pensez à décongeler vos ingrédients au préalable. C’est bon pour vous, c’est bon pour la planète !

Salle de bain

Ecogeste à la maison - salle de bain - robinetQuelques écogestes pour faire des économies d’eau chaude (et donc d’énergie !). En moyenne, un tiers de l’eau chauffée est gaspillée.

Peu onéreux, les équipements suivants peuvent réduire les consommations de votre chauffe-eau jusqu’à 33% :

  • les réducteurs de débit sur chaque robinet (mousseurs) et dans la douche (douchette économe) pour consommer moins d’eau et d’énergie (40€/an d’économies en moyenne) ;
  • un thermostat électronique relié au ballon d’eau chaude pour adapter la température de consigne aux besoins (31€/an d’économies en moyenne) ;
  • une jaquette isolante autour du ballon d’eau chaude pour limiter les déperditions de chaleur (21€ / an d’économies en moyenne)

Vous pouvez aussi, régler la température de l’eau pour réduire les dépenses d’énergie, tout en limitant les risques de brûlure, le développement de bactéries pathogènes et l’accumulation de calcaire.

Préférez les douches de 5 minutes aux bains et éteignez l’eau lorsque vous vous savonnez. Enfin, terminez par un jet d’eau froide pour laver la baignoire ou la douche.

Une autre astuce, fermez les robinets mitigeurs côté « froid » pour éviter de solliciter inutilement le chauffe-eau à chaque que l’on ouvre les robinets.

Enfin, il est essentiel de réparer les fuites, même légères, afin de ne pas gaspiller trop d’eau.

Garage / buanderie

Le sèche-linge : un appareil de grande consommation !

Le sèche-linge est un appareil électroménager très gourmand en énergie, avec 200 kWh par an ! La meilleure solution serait de sécher son linge à l’air libre. Mais si cela vous semble compliqué, voici quelques conseils :

– Bien essorer le linge avant de passer au sèche-linge

À savoir : l’essorage dans le tambour du lave-linge (extraction mécanique de l’humidité) est 100 fois plus économe que le sèche-linge (extraction thermique).

– Opter pour un séchage long à température peu élevée, plutôt que pour un séchage rapide qui consomme davantage

– Nettoyez le filtre à peluches après chaque fonctionnement pour une circulation optimale de l’air

 

Lave-linge

Afin de réduire notre consommation d’énergie, programmez vos cycles de lavages pendant les heures creuses ou la nuit afin d’éviter les heures de forte consommation !

Pensez également à optimisez son usage : inutile de le laver systématiquement à chaud ! 30°C, c’est bien souvent assez. Le programme à 90°C doit quant à lui vraiment être réservé au linge à désinfecter… Le prélavage ? On s’en passe dans la plupart des cas. Et l’on économise à la fois eau et électricité !

 

Congélateur

Dégivrez régulièrement votre congélateur vous permet de réduire la consommation de nos congélateurs. Vous pouvez réduire sa consommation d’énergie de 15%. De plus, réglez correctement la température de cet équipement.

 

Habitat et extérieur

Ecogeste maison - fenêtreL’isolation de l’ensemble de la maison est primordiale pour réduire efficacement les pertes énergétiques, tout en optimisant le confort thermique. Bien les isoler permet de maintenir la chaleur en hiver et la fraîcheur en été

Les fenêtres causent 10 à 15 % de perte de chaleur dans la maison. L’installation de fenêtres isolantes permet donc de faire de réelles économies d’énergie.

En attendant, vous pouvez dès maintenant opter pour un écogeste efficace pour limiter les pertes de chaleur par les parois vitrées. Celui-ci consiste à installer des rideaux épais qui vont obstruer vos fenêtres, lorsqu’il fait nuit ou que vous n’êtes pas chez vous

*pour un prix de l’électricité à 0.1740€ le KWh en juillet 2022

 

Fermez vos volets pour conserver la chaleur… ou la fraîcheur !

En les fermant à bon escient (surtout la nuit en hiver et en journée en été… saison durant laquelle vous profiterez de la fraîcheur matinale pour ouvrir en grand toutes vos fenêtres !), vous optimiserez les déperditions énergétiques de votre logement.

 

L’éclairage extérieur

Pour décorer votre jardin, optez pour des lampes LED : elles consomment moins et elles ont une durée de vie plus longue que des ampoules classiques. Il existe aussi des lampes à énergie solaire : écologique et moins cher !

 

Piscine

Près de 10% des foyers français possèdent une piscine. Attention au surdimensionnement des pompes de filtration et aux durées de fonctionnement souvent trop importantes. Une pompe de piscine consomme 1 690 KWh/an soit 294€*

Salon

Ecogeste maison - débrancherDébrancher les appareils électriques

Box, ordinateurs, télévision… Souvent laissés en veille ou en pause, ces appareils consomment inutilement de l’électricité. D’autant plus lorsque que l’on en possède certains en double voire en triple. La bonne astuce : les relier à une multiprise à interrupteur avec les autres appareils connectés alentours, pour les mettre hors tension en même temps. En éteignant sa box lorsque l’on ne s’en sert pas (la nuit entre autres), on peut ainsi économiser jusqu’à 30€ par an ! 10% de la consommation française est liée aux services numériques. Par exemple : la box interne consomme entre 150 et 300 KWh/an soit autant qu’un réfrigérateur.

Débranchons nos consoles : Mises à jour automatiques et téléchargements en fond, reprise immédiate de la partie… Tout comme les téléviseurs connectés, les consoles de jeux dernière génération ne s’éteignent plus vraiment. Durant leur cycle de vie, 91% de l’énergie qu’elles consomment se fait en veille ou à l’arrêt, et non en marche ! La solution : sauvegarder la partie puis mettre la console hors tension.

 

Dépoussiérez vos luminaires

Le saviez-vous ? En dépoussiérant ampoules et abat-jours, vous gagnerez jusqu’à 40 % de luminosité ! Vous pourrez ainsi réduire la puissance de vos lampes, ou n’en allumer qu’une seule là où auparavant vous en aviez besoin de deux.

 

Ecogeste maison - climatiseurLe climatiseur

L’usage d’un climatiseur doit être une solution de dernier recours. Ces appareils peuvent consommer beaucoup d’énergie. A savoir, la part d’électricité consacrée au climatiseur dans les foyers français a dépassé celle de l’éclairage. Un climatiseur mobile de classe A consomme plus de 130€/mois* d’utilisation soit jusqu’à 2.5x plus qu’un climatiseur fixe et près de 30 fois plus qu’un ventilateur.

A l’achat d’un climatiseur, veillez à ne pas choisir un appareil qui nécessite de laisser des portes ou fenêtres ouvertes pour faire faire passer l’évacuation. Puis, privilégier les équipements plus efficaces grâce à l’étiquette énergétique (A+++).

Si vous êtes déjà équipé d’un climatiseur, utiliser-le uniquement si la température de la pièce est supérieure à 26c° et veiller à respecter un écart de 5 ou 6c° maximum.

 

 

Ecogeste maison - ampouleÉteignez la lumière !

Pensez donc à éteindre les lumières dans les pièces que vous n’occupez pas, et à ne pas allumer machinalement celles qui ne sont pas indispensables lorsque le soleil est bien présent… soleil dont vous profiterez aussi mieux si vos fenêtres ne sont pas obturées par de lourds rideaux sombres ou si vous habitez un logement bien conçu sur ce plan.

Optez pour des ampoules basse consommation

Équipez vos lampes d’ampoules basse consommation type LED… et, surtout, limitez les lampes halogènes, très gourmandes en électricité ! Pensez aussi à adapter la puissance de votre éclairage à vos usages : 20 W, c’est parfait pour bouquiner ou travailler… mais 5 W suffisent à regarder la télévision !

 

Vous êtes un professionnel ?

Retrouvez la liste des écogestes à réaliser par vos collaborateurs et vous-mêmes dans le cadre de votre activité professionnelle.

Votre agence en ligne est actuellement en maintenance

du samedi 29 au dimanche 30 juin 2024.

Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.

Vous pouvez contacter un conseiller par téléphone au 0 969 397 001 ou par mail à contact@selia-energies.fr

Merci de votre compréhension.

Votre agence en ligne est en cours de maintenance

Nous nous excusons pour la gêne occasionnée.

Vous pouvez contacter un conseiller par téléphone au 0 969 397 001 ou par mail à contact@selia-energies.fr

Merci de votre compréhension.

SÉLIA s’engage auprès d’Ecowatt, la météo de l’énergie

 

ÉcoWatt, un dispositif pour contribuer à assurer le bon approvisionnement de tous en électricité

Dispositif citoyen porté par RTE (Réseau de Transport d’Electricité) et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), ÉcoWatt a pour objectif d’accompagner les français à consommer moins et mieux au bon moment et ainsi de réduire les risques de coupure d’électricité en France.

 

La météo de l’énergie

ÉcoWatt qualifie en temps réel le niveau d’électricité disponible pour alimenter les consommateurs français.

Un dispositif d’alerte indique les périodes où les Français sont appelés à réduire ou décaler leur consommation d’électricité pour éviter les coupures ou en réduire leur durée.

Des alertes en temps réel avec l’application mobile

Téléchargez l’application ÉcoWatt pour savoir quand consommer au meilleur moment. Soyez informés des périodes pendant lesquelles la France peut couvrir tous ses besoins en électricité sans émettre de gaz à effet de serre.

Agir au bon moment !

ÉcoWatt vous permet de savoir à quel moment agir pour éviter les coupures.

De manière générale, en hiver, il y a deux moments dans la journée où la consommation des Français augmente fortement : entre 8h et 13h et entre 18h et 20h.

C’est donc durant ces périodes qu’il est particulièrement important d’anticiper sa consommation électrique lorsque cela est possible.

 

Les écogestes à adopter

Chacun d’entre nous avons le pouvoir de réduire notre consommation d’électricité en adoptant des gestes simples.

Ces écogestes peuvent avoir un véritable impact lors des alertes orange et rouge ÉcoWatt. Adopter des écogestes permettra d’éviter les coupures ou d’en réduire leur durée.

 

 

 

Pour une consommation plus responsable, découvrez nos écogestes SÉLIA.

Page suivante »